Avec un engagement transparent et crédible envers la durabilité, nous créons la confiance et réalisons nos objectifs étape par étape. Pour un plaisir durable de la viande en toute bonne conscience.

Rapport de développement durable de Micarna 2018

Pour Micarna, le développement durable fait déjà partie intégrante de la culture d’entreprise depuis de nombreuses années. Nous voulons communiquer publiquement notre engagement en faveur du développement durable de notre entreprise et la valeur ajoutée qui en découle pour la société et l’environnement. En l’occurrence, nous avons volontairement opté pour le reporting conforme au standard GRI, de façon à ce que nos approches, nos résultats mais aussi nos échecs soient aussi compréhensibles et transparents que possible.  

Albert Baumann

Madame, Monsieur,

Nous, les êtres humains, avons besoin d’énergie – pas seulement au sens d’une production de courant électrique ou de chaleur, mais notre corps en a lui aussi besoin. Nous trouvons cette énergie dans les aliments. Ils constituent les principaux fournisseurs de nutriments pour notre organisme. La production de nos denrées alimentaires est également toujours associée à l’utilisation de matières premières et aux émissions. Précisément dans le débat actuel autour du climat, la consommation de viande est par conséquent vivement critiquée. On oublie ici que l’industrie de la viande et de la volaille offre une importante denrée alimentaire assortie d’une grande efficience énergétique.

Qu’est-ce que cela signifie pour le consommateur?

Les besoins journaliers en énergie de l’être humain s’élèvent à environ 2000 kilocalories. Outre la valeur énergétique, c’est surtout l’équilibre de l’alimentation qui joue un rôle décisif. Et la provenance. Nous vivons et produisons nos produits en Suisse. La Suisse est un pays d’herbages, qui offre donc proportionnellement beaucoup de surfaces utiles qui ne conviennent pas pour les grandes cultures. Nous, les êtres humains, ne mangeons pas d’herbe. C’est pour cette raison que la production de lait et de viande basée sur les pâtures est une longue tradition en Suisse: nous utilisons des animaux pour gérer durablement la surface agricole et nourrir la population avec des produits locaux. Tandis que près de 85 pour cent de la viande provient de Suisse, il faut importer plus de la moitié des denrées alimentaires végétales.

Qu’est-ce que cela signifie pour Micarna?

Depuis de nombreuses années, Micarna privilégie par conviction une production de viande, de volaille, de poisson et d’œufs durable. Nous n’endossons pas cette responsabilité seulement depuis les récentes discussions autour du climat, mais nous avons lancé une stratégie de durabilité globale depuis quelques années déjà. Et nous ne le faisons pas en catimini, mais publiquement: le présent rapport de développement durable montre des succès, des jalons, mais aussi des défis et de nouveaux projets. Nous avons ainsi pu réduire la consommation de courant de 2%, les transports aériens de 18%, et économiser près de 18 tonnes de plastique pour nos emballages. De plus, nous avons créé en 2018 le sounding board Bien-être animal: un comité qui rassemble des spécialistes de la protection des animaux, de la filière, de la recherche, des autorités ainsi que de la protection des consommateurs dans le but d’améliorer la thématique du bien-être animal tout au long de la chaîne de valeur.

Vers quoi se dirige-t-on?

Nos objectifs concrets et leur contrôle semestriel nous montrent également les endroits où nous ne sommes pas encore dans la bonne direction. Par exemple pour ce qui est de la réduction des pertes alimentaires (food waste) ou de la consommation d’eau dans la production. Notre stratégie de développement durable est à la fois un guide et un outil de contrôle – elle nous indique le chemin que nous voulons emprunter avec nos partenaires tout au long de la chaîne de valeur, et le rapport de développement durable nous «oblige» au contrôle et à la transparence. Ce dernier prouve également que le développement durable n’est pas un vain mot chez Micarna, mais un pilier essentiel de notre philosophie d’entreprise. Et pour la première fois, le rapport de développement durable 2018 décrit également notre contribution à la réalisation des «Sustainable Development Goals» (SDG, Objectifs de développement durable), c’est-à-dire des objectifs que s’est fixée la communauté internationale pour un développement social, économique et écologique.

Je suis ravi de pouvoir vous fournir à l’aide du présent rapport de développement durable un état des lieux de notre interprétation et de notre approche en direction d’une production de viande, de volaille, de poisson et d’œufs durable. Nous voulons être un exemple pour la filière, établir des standards et apporter une importante contribution à la production suisse de denrées alimentaires.

Donnons de l’énergie partout: à notre corps et à notre environnement.

Unterschrift A. Baumann

Albert Baumann

Responsable de segment