Micarna assiste, conjointement avec les réfugiés du projet de formation et d’intégration «Maflü», à un après-midi destiné à favoriser l’esprit d’équipe à Gibloux (FR). Ensemble, les Suisses et les réfugiés apprennent à se connaître d’un point de vue totalement nouveau; eux-mêmes et leur nouveau pays.

Faire du «Talerschwingen», tirer à l’arbalète ou se déplacer sur des skis: des activités suisses qui sont justement totalement inconnues des réfugiés. Des réfugiés, comme les 14 premiers participants au projet Maflü de Micarna, qui sont venus d’Afghanistan et d’Érythrée en Suisse. Le transformateur de viande du groupe Migros a lancé au début de cette année un projet de formation et d’intégration et offre aux réfugiés motivés la possibilité d’effectuer une formation au sein de Micarna et de se constituer ainsi une perspective professionnelle en Suisse. L’objet de Maflü est que les collaborateurs restent dans l’entreprise après leur formation. «Ainsi, nous favorisons l’intégration de ces personnes et en même temps, cela nous aide à combattre la pénurie de main d’oeuvre dans le secteur», explique le responsable de l’entreprise Albert Baumann.

Le chocolat est le point de départ de toute intération

Micarna s’est vu décerner le Prix de la Migration du canton de Fribourg au printemps de cette année pour ce projet Maflü. «Avec l’argent du prix, nous voulions faire quelque chose dont puissent aussi bénéficier nos participants au projet, quelque chose qui resterait longtemps dans leur mémoire», explique Sabrina La Gioia, chef de projet. Vendredi après-midi, les 14 participants au projet Maflü de Courtepin ont effectué une excursion dans la pure tradition suisse avec des représentants de Micarna ainsi que le partenaire Caritas. «Nous ne voulions pas «simplement» faire une excursion, nous voulions que nos participants au projet vivent une expérience et favoriser par ce biais l’échange culturel mutuel.» Et le premier arrêt de ce voyage d’intégration a prouvé qu’une telle sortie peut tout à fait aussi passer par l’estomac: au cours de la visite de la fabrique traditionnelle de chocolat de la Maison Cailler, il n’y avait pas que les coeurs des réfugiés qui battaient plus fort mais également tous ceux des accompagnateurs typiquement suisses qui ont pris plaisir à goûter eux aussi un petit morceau de la Tradition Suisse.

Donner un sentiment de chez-soi

Le point d’orgue de cette excursion était cependant prévu pour l’après-midi: en collaboration avec l’organisation «Une bonne idée.ch», un véritable concours helvétique a été mis sur pied. Cela consistait à apprendre le folklore suisse en petits groupes durant plusieurs heures. «Les participants suisses ont eux aussi fait des découvertes, comme le Talerschwingen ou encore le tir à l’arbalète.» Tous les participants ont fait peuve d’une adresse étonnante, confirme Sabrina La Gioia. Pour la cheffe de projet, l’expérience a été un réel succès et pas seulement du fait des nombreuses activités. «L’échange entre les personnes a été impressionnant. Non seulement entre les participants au projet qui viennent de pays différents, mais également l’échange, c’est-à-dire la confrontation avec la Suisse; leur nouveau pays. Chacun d’entre nous a trouvé ici une approche nouvelle et différente de notre Suisse.» Cette expérience «born to be swiss» s’est bien sûr terminée, comme toute bonne soirée folklorique suisse, par une fondue «maison». «Je dois dire que nos participants ont su formidablement préparer ce classique du fromage», souligne Patrick Bussmann de Caritas. Cette organisation à but non lucratif est partenaire de Micarna depuis le début du projet et apporte son soutien à l’entreprise et aux réfugiés dans le cadre leur formation. «Je trouve que Maflü est un super projet, avant tout parce qu’une entreprise s’approprie le thème de l’intégration et met sur pied un tel concept. C’est super de voir à quel point nos participants au projet ont évolué au cours des six derniers mois.»

L'avenir du projet reste ouvert

La première édition du projet Maflü a failli se terminer par cette soirée typiquement suisse pour faire connaissance. 14 réfugiés à Courtepin et 6 sur le site de Bazenheid ont pu suivre une formation au sein de Micarna cet été en tant que premiers participants dans le cadre du projet de formation et d’intégration. Accompagnés d’un cours de langue intensif et d’une formation pratique, ils ont été préparés à une éventuelle intégration dans l’entreprise formatrice classique. De nombreux participants à Maflü peuvent rester au sein de Micarna à la fin du projet et soit effectuer une formation, soit poursuivre une activité professionnelle. «Nous sommes fiers de nos réalisations au cours des mois passés», souligne Albert Baumann, 57 ans. En tant que responsable de l’entreprise, il était l’initiateur de ce projet et de ce fait les succès individuels sont d’autant plus réjouissants. «Nous avons commencé le projet sur un bout de papier, et après avoir travaillé de manière intensive sur un concept et échangé avec des partenaires, comme Caritas, nous avons pu proposer cette année pour la première fois une telle opportunité à des réfugiés. C’est beau de voir avec quelle motivation ils ont participé.» Reste encore à savoir si et quand une deuxième édition du projet aura lieu. Les résultats de cette première édition sont en cours d’analyse et seront évalués d’ici la fin de l’année. Ce qui est sûr, c’est que pour les réfugiés qui ont pu découvrir le folklore suisse ce vendredi après-midi dans la région de Fribourg, la participation au projet en valait la peine. Même s’ils ne sont peut-être pas encore tout à fait «born to be swiss», ils sont sur la bonne voie pour se construire un avenir dans notre pays.

Le groupe Micarna en bref

Les entreprises du groupe Micarna, qui appartient au groupe Migros, produisent de la viande, de la volaille et du poisson de qualité supérieure. Le groupe Micarna a été fondé en 1958 par Gottlieb Duttweiler à Courtepin, dans le canton de Fribourg. A l’époque, il s’agissait d’une entreprise de transformation de viande de Migros. Il englobe aujourd’hui les entreprises suisses que sont Micarna, Favorit Geflügel, Gabriel Fleury, Lüchinger + Schmid, Mérat & Cie., Optisol, Rudolf Schär et Tipesca ainsi que deux entreprises situées en Allemagne: KM Seafood et Stauss Geflügel. Grâce à des installations de production à la pointe de la modernité et au respect des normes les plus strictes en matière d’hygiène, de sécurité alimentaire et de sécurité au travail, les entreprises du groupe Micarna obtiennent un niveau de qualité en tout point remarquable. Elles s’engagent systématiquement en faveur de conditions d’élevage respectueuses des animaux et de transports engendrant le moins de stress possible. De plus, elles garantissent la traçabilité complète de chaque produit. Comptant près de 3’000 collaborateurs, le groupe Micarna a réalisé un chiffre d’affaires de 1.5 milliard de francs en 2016.

Télécharger communiqué de presse

 

Micarna – Quand les réfugiés font du «Talerschwingen»