Micarna permet aux visiteurs intéressés de découvrir un poulailler Optigal transformé de 300 m². Lors d’une visite exclusive, les employés et les éleveurs de volaille informent sur les défis et les possibilités en matière de production durable de volaille et expliquent quelles sont les opportunités en matière d’efficacité énergétique et de bien-être animal dans un tel projet.

Le poulet suisse est très apprécié, par les consommateurs comme par les éleveurs. Chez Micarna aussi, la production de volaille a une grande importance. L’entreprise industrielle Migros gère elle-même toute la chaîne dans la production de poulet. Cela signifie que l’ensemble du processus est sous la responsabilité de Micarna, des géniteurs, en passant par le couvoir et la période d’engraissement sur les exploitations partenaires, jusqu’à la transformation spécialisée. Une telle chaîne de production de valeur implique un partenariat spécial avec les éleveurs de poulets.

La transformation comme élément de la stratégie de développement durable 
Actuellement environ 500 producteurs de volaille travaillent en partenariat avec Micarna. La majorité d’entre eux produit dans des poulaillers de 300 m². «Ces poulaillers répondent toujours à toutes les exigences légales et supralégales de Micarna pour Optigal, mais certaines commencent à dater», explique Andreas Berger, Conseiller en production de volaille chez Micarna. Aujourd’hui, on a évolué justement sur le plan de l’efficacité énergétique et d’autres possibilités sont applicables. «Le groupement des éleveurs de volaille Micarna est venu nous voir pour savoir quelles étaient nos possibilités de développement pour de tels poulaillers. Le poulailler Optigal transformé de Bösingen est notre prototype dans ce domaine.» Dans le cadre d’une visite pour les médias, Micarna a permis aux journalistes intéressés de découvrir le poulailler de 300 m² et leur a montré les possibilités d’une telle transformation grâce à l’exploitation de Hugo et Susanne Käser. «La période d’engraissement dans les fermes représente une partie importante du bilan écologique de la production Optigal», explique Lucien Dorthe, Spécialiste énergie dans la production de volaille chez Micarna. «Grâce aux mesures qui ont été prises lors de cette transformation, nous avons pu largement contribué à la stratégie de développement durable de Micarna.»

Un projet clairvoyant
La transformation du poulailler existant de 300 m² de la famille Käser a eu lieu au printemps et a impliqué, outre la collaboration active de la famille, de renoncer à une période d’engraissement. «Pour nous, c’était important d’oser franchir ce pas pour l’avenir», explique Hugo Käser. En pensant aussi à la génération suivante. «Les poulaillers et la production Optigal marchent très bien. Mais au niveau des bâtiments, il était temps d’aller plus loin et de rendre notre poulailler lucratif aussi pour nos enfants.» Le bien-être des animaux mais aussi les aspects énergétiques ont joué un rôle important dans cette décision. Ainsi, le climat dans le poulailler et par conséquent le bien-être des animaux sont nettement améliorés notamment par une nouvelle installation de brumisation dans le poulailler; indispensable quand les températures grimpent en été. «Sur le plan de l’énergie, il y a de nombreux aspects qui, réunis, sont très pertinents. Ainsi, par exemple, l’isolation a été complètement revue, les panneaux en fibrociment ont été déposés et éliminés dans les règles, des tôles trapézoïdales ont été posées, le sol a été entièrement refait et les lignes électriques et les dispositifs de suspension revus», décrit Lucien Dorthe. «En outre, nous prenons une toute nouvelle direction en matière de bilan énergétique: grâce à l’installation photovoltaïque sur le toit et au chauffage par pellets, qui remplace le chauffage conventionnel au mazout, Hugo Käser produit aujourd’hui dans un bâtiment d’élevage neutre en CO2.»

Utiliser le potentiel existant
La transformation vaut aussi la peine pour l’éleveur de volaille. «Grâce au nouveau revêtement de sol que nous avons installé, le nettoyage et la désinfection sont beaucoup plus faciles et sont surtout plus approfondis», explique Hugo Käser. Pour l’agriculteur qui exploite la ferme avec son épouse Susanne, c’est une raison supplémentaire pour justifier la transformation. «L’air dans le poulailler est meilleur, et c’est bon pour les animaux. Et grâce à la nouvelle répartition d’air chaud, nous pouvons mieux contrôler la température dans le poulailler, ce qui est mieux pour les animaux.» Le prototype de Bösingen ne doit pas rester le seul poulailler de 300 m² transformé chez Optigal. «Nous avons organisé une journée portes ouvertes pour nos producteurs existants afin qu’ils puissent se faire une idée sur place de la transformation et de ses avantages. Cela les a beaucoup intéresssés», se réjouit Andreas Berger. Pour le conseiller des producteurs de volaille, il s’agit, dans un premier temps, de clarifier les besoins et les possibilités. «Nous étudions les réponses des éleveurs, nous regardons ce qui est possible, ce qui devrait être fait aussi, et nous sommes en contact avec nos fournisseurs et nos partenaires de projet concernant les coûts de la transformation.» En effet, l’objectif est clair: avec de tels projets de transformation, comme le poulailler de 300 m² de Bösingen, Micarna souhaite continuer à utiliser les installations existantes. «Nous ne voulons pas détruire les bâtiments certes anciens, mais qui sont bons, pour construire de nouveaux poulaillers», explique Lucien Dorthe. «Nous voulons utiliser les bons systèmes qui existent et les améliorer pour l’avenir.» Une approche qui n’a aucun mal à convaincre aussi bien les éleveurs de volaille que les représen ants des médias et les visiteurs.

Micarna en bref
Les entreprises des segments viande, volaille, poisson, oeufs de la M-Industrie produisent des produits de haute qualité issus de la transformation de la viande, de la volaille et du poisson. Micarna a été fondé en 1958 par Gottlieb Duttweiler à Courtepin. A l’époque, il s’agissait d’une entreprise de transformation de viande de Migros. Le segment englobe aujourd’hui les entreprises suisses que sont Micarna, Favorit Geflügel, Gabriel Fleury, Lüchinger + Schmid, Mérat & Cie., Optisol, Rudolf Schär et Tipesca. Les entreprises situées en Allemagne KM Seafood et Stauss Geflügel appartiennent également à Micarna. Grâce à des installations de production parmi les plus modernes et les normes les plus strictes en matière d’hygiène, de sécurité alimentaire et de sécurité au travail, les entreprises de Micarna atteignent l’excellence. Elles s’engagent systématiquement en faveur de conditions d’élevage respectueuses des animaux et de transports engendrant le moins de stress possible. De plus, elles garantissent la traçabilité complète de chaque produit. Comptant près de 3000 collaborateurs, Micarna a réalisé un chiffre d’affaires de 1.5 milliard de francs en 2016.

Télécharger communiqué de presse

 

Micarna – Dans les coulisses d’un poulailler Optigal transform
Micarna – Dans les coulisses d’un poulailler Optigal transform